Sauvons la forêt !

Appel pour une forêt vivante en Grand Est

Le Grand Est est riche de sa forêt

La forêt : un tiers de la surface de la région. Un habitant sur sept y est propriétaire d'une parcelle boisée. Pourtant, la forêt publique figure parmi les plus importantes des régions françaises, représentant même les trois quarts des massifs en Alsace. Le Grand Est est une région de tradition forestière. Ses forêts sont anciennes, diversifiées et elles abritent des milieux naturels qui font notre richesse commune. Mais pour combien de temps encore ?

La forêt : une ressource de l'économie. La filière bois du Grand Est est l’une des plus importantes de France avec 53000 salariés non délocalisables, plus que l'industrie automobile. C'est un secteur de formation de 3 830 apprenti.e.s et 550 élèves ingénieur.e.s et autres
de l’enseignement supérieur : 52 établissements de formation, du CAP au doctorat. Son importance économique et sociale en fait un enjeu incontournable pour la région.

La forêt : une importance cruciale pour le vivant. La forêt protège : elle protège les sols, assainit l'eau et l'air. Elle régularise le régime des crues, elle stocke le carbone, contribue à la lutte contre l’effet de serre et temporise le climat (moins froid, moins chaud, plus de précipitations ...). La forêt produit le bois utile au chauffage, à la construction et à l’ameublement. La forêt accueille : elle fait partie de notre cadre de vie, est un lieu de ressourcement et d’activités touristiques. Elle constitue aussi un lieu de découverte et de sensibilisation concrètes de toutes et tous à l'environnement.

La forêt est une sentinelle du climat. Le dérèglement climatique fragilise les arbres et les rend plus vulnérables aux insectes. La forêt nous rappelle que son destin est lié aux décisions humaines.

La forêt du Grand Est est à l’heure des choix

L'industrialisation menace la forêt de demain. Les machines automatisées des grosses unités industrielles exigent des résineux standardisés, calibrés. Ainsi, l'exploitation hyper-mécanisée des forêts utilise des engins monstrueux qui détruisent les fragiles sols forestiers, support de la régénération.

La production de bois “énergie” alimente des centrales industrielles qui brûlent indistinctement des feuillus centenaires, bois de taillis ou résidus. Ceci n’est pas une fatalité.

Des solutions existent :

Face aux dangers de l'exploitation industrielle et forcenée de la forêt, les entreprises locales petites et moyennes, peuvent vivre d’une exploitation respectueuse de la nature qui réponde aux besoins économiques des hommes et femmes de notre région (ameublement et construction notamment) dans une autre filière bois, à soutenir et organiser.

Une Sylviculture “irrégulière” est possible. Elle permet à la forêt de croître, non pas par des plantations de champs d'arbres identiques mais grâce à un peuplement mélangé qui favorise sa résistance dans le temps long. Une forêt vivante ne se réduit pas à un champ d'arbres !

L’ONF : un rôle majeur et une implication locale

L’Office national des forêts est malade. Ses fonctions dans l'accompagnement de la forêt sont mal considérées. Ses forces d’observation, de surveillance et d’intelligence au service de la forêt sont malmenées par les suppressions de postes et la privatisation de ses activités.
Les femmes et hommes qualifiés, avec le soutien des acteurs locaux, doivent réussir l'adaptation des forêts aux changements climatiques. Les ressources et l'expertise renforcées de l'ONF s'imposent pour aider les forêts à s’adapter et faire face à l’accélération des transformations.

L'essentiel : protéger la biodiversité des forêts

La biodiversité, le cœur du réacteur. Les forêts diverses et variées, riches de différences d'essences et de paysages sont le fruit de la biodiversité. Une forêt plus naturelle est profitable à une filière bois locale soutenue et accompagnée. De petits territoires protégés ne suffisent pas et ne peuvent pas faire illusion devant une forêt qui reste à la merci des appétits des industriels. La biodiversité, c'est partout et tout le temps !

Suivre la biodiversité et l'observer dans tous ses aspects est nécessaire : Il faut garantir l’équilibre de la faune forestière en luttant contre la prolifération d’espèces invasives et en favorisant le développement des espèces caractéristiques de notre territoire comme le grand tétras, les petites chouettes de montagne, les gélinottes des bois ou encore les loups et les lynx.

L'apaisement du partage de la forêt tient aussi aux aménagements utiles à trouver pour donner le droit d'accès à la nature, libre et sécurisé, avec l'instauration de jours sans chasse en forêt. Il est urgent de protéger la forêt pour la place qu'elle occupe dans nos vies et sortir de l'industrialisation qui la menace. C'est la condition pour lui permettre encore longtemps d'apporter tous les bienfaits qu'elle nous procure, entre espace de vie et espace de rêve. C'est inscrire aussi les humains et la forêt dans le temps long qui les unit.

Sauvons la forêt ! Appel pour une forêt vivante en Grand Est

Propositions pour la région Grand Est :

  • Maîtriser la pression foncière qui s’exerce sur la forêt car la préservation de la forêt est un objectif vital ;
  • Créer un « conseil régional des forêts” rassemblant des représentants des citoyen.ne.s et des associations environnementales et d'usagers et des forestiers ;
  • Défendre un droit à l'expérimentation régionale pour permettre à l'ensemble des acteurs de la construction de conduire des opérations innovantes, et ainsi faire du Grand Est un territoire de l'innovation scientifique, économique et culturelle ;
  • Abandonner les plantations industrielles monospécifiques, interdire l’usage des pesticides en forêt ainsi que les coupes rases ;
  • Accroître dans les espaces protégés les moyens de contrôle des techniques d’exploitation et des objectifs de mise en place d’une trame de vieux bois ;
  • Adapter la fiscalité et conditionner les subventions à la mise en œuvre d’une exploitation à moindre impact écologique qui protège la qualité des sols forestiers ;
  • Renforcer et soutenir les moyens de l'ONF.

Nous venons juste de commencer. Aidez-nous à atteindre 2000 signatures

Les chiffres clés de la forêt en Grand-Est :

  • 1/3 de la surface totale de la région.
  • 3830 apprenti.e.s, 550 étudiant.e.s
  • 30 à 50kg deCO2 stockés par an et par arbre
  • 53000 emplois et 11000 entreprises