Nos propositions :

1 Mettre en place un budget régional “zéro impact pour la biodiversité”

2 Créer une Agence Régionale de la Biodiversité

3 Protéger notre ressource en eau

4 Développer les trames vertes bleues, noire et brunes

5 Une protection renforcée des espaces naturels

6 Se fixer comme objectif zéro artificialisation nette des sols d’ici à 2030

7 Mettre la nature dans le coeur de la jeunesse du Grand Est


Il est temps de sauver la biodiversité et les espaces naturels de notre région !

> Signez notre appel pour une forêt vivante en Grand Est

Comme ailleurs en France et dans le monde, la biodiversité du Grand Est est menacée par les activités humaines : artificialisation des sols, usage des pesticides, réchauffement climatique et déboisement. La nature ordinaire est gravement menacée et de nombreuses espèces, pourtant emblématiques de nos régions sont en voie d’extinction.

La région a des marges de manœuvre pour agir sur la protection de l’environnement : aménagement du territoire, transport, développement économique, gestion des déchets. Protéger la biodiversité nécessite donc d’agir sur tous les aspects de la vie et d’avoir une politique très ambitieuse en matière de protection des espaces naturels. Elle gère également 6 PNR (Parcs Naturels Régionaux), 27 réserves naturelles régionales et le gouvernement envisage de nouveaux transferts de compétences dans le domaine de la biodiversité.

Pourtant, la Région Grand Est n’investit que 0,7% de son budget dans des missions dédiées à l’environnement, une somme ridicule pour un enjeu aussi important ! Son ambition en matière de réduction de l’artificialisation des sols est également très en deçà de ce qu’il faudrait faire pour tendre vers une véritable sanctuarisation des espaces agricoles.

Nous proposons de mettre la protection de la biodiversité au cœur de toutes les politiques publiques régionales, avec notamment l’adoption d’un budget “zéro impact pour la biodiversité”. Nous devons en priorité préserver les habitats naturels en œuvrant pour la fin de l’augmentation de l’artificialisation des sols d’ici à 2030 et en lançant un grand plan de préservation de la nature ordinaire : plantation de haies, protection des zones humides et des cours d’eaux, travailler sur les continuums écologiques et les trames vertes et bleues, etc. Nous devrons aussi nous donner les moyens d’agir en triplant le budget régional alloué à la protection de l'environnement et en mettant en place un Agence Régionale de la Biodiversité.